Le travail indépendant est aujourd’hui en phase de supplanter le salariat à travers le monde. On est plus désormais à l’ère où il faut travailler pour une grande entreprise et attendre son salaire à la fin du mois. Au 21e siècle, le mot « travailler » a une signification bien plus large. Cependant, ce qui nous intéresse, c’est le cadre juridique de ces nouvelles méthodes de travail. L’ubérisation que connait le secteur de l’emploi devrait être organisée sur le plan juridique afin que les travailleurs puissent bénéficier des mêmes conditions ou avantages que dans le passé. Le point dans cet article.

Des travailleurs théoriquement indépendants

Aujourd’hui, des transformations profondes sont observées dans tous les secteurs économiques : transport, restauration, manufacture, agriculture, etc. L’ubérisation existe plus que jamais et les travailleurs sont réputés indépendants, du moins sur le plan juridique. Cependant, ce n’est pas tout à fait ce qui est observé dans la pratique, car la plupart d’entre eux sont en état de dépendance économique grave vis-à-vis de leur prestataire. Dès lors, celui-ci dispose d’un pouvoir de prescription et de sanction à leur endroit. Face à cette situation, l’attitude des gouvernements devrait être de requalifier les salariés et de chercher à créer des droits sociaux afin de mieux les protéger.

Le salariat et la civilisation d’usine

Pour faire face à cette mutation profonde du secteur de l’emploi, il convient de revoir le droit actuel afin de l’adapter aux nouvelles conditions de travail. En effet, celui-ci est taillé pour le salariat de l’ère industrielle. Appliqué à la situation actuelle, il a des effets liberticides pour le travailleur qui aura du mal à trouver un avocat droit social Marseille capable de l’aider. Si l’on sait que le statut de salarié a été créé pour protéger les ouvriers, il sert aujourd’hui protéger les cadres. Ce qui est en parfait décalage avec les réalités actuelles du monde professionnel. Tout laisse croire qu’il faudrait laisser la place à un « droit de l’activité professionnelle » pour mieux prendre en compte les aspirations de ces nouveaux types de salariés.

Pour la protection sociale

En ce qui concerne la protection sociale, une vaste opération d’unification des statuts est nécessaire. Cependant, les principaux acteurs de ce secteur ne prennent pas en compte le fait que les travailleurs indépendants et les autoentrepreneurs connaissent un réel succès en France pour une raison simple : des charges très faibles et une nette réduction du coût du travail. Selon un avocat droit social Marseille, il faut aussi prendre en compte le statut de retraité d’une personne qui a passé sa vie en tant qu’auto entrepreneur.